30 avril 2015 ~ 0 Commentaire

La vie est parfois un fleuve intranquille.

Tu as remarqué ce qu’il se passe quand on approche à petits pas de l’été dans les rues ? Les gens se dénudent, comme si les 13° de fin de mois d’avril étaient bien plus chauds que ceux du mois de janvier. Bon, pas tous évidemment ; il y a des gens qui portent écharpe et bonnet jusqu’au 15 août.

Image de prévisualisation YouTube

Du coup ce matin il y avait ceux emmitouflés dans leur gros manteaux d’hiver et ceux en shorts et tongs. Je vais te dire, j’admire un peu ces derniers qui sont capables de se promener presque pieds-nus sous la pluie et en même temps je ne peux pas m’empêcher de me demander, mais qu’est-ce qui ne va pas chez eux ? Non mais sérieusement, c’est hyper dangereux ! Je veux dire, un pied mouillé dans une tong ça glisse ! Tu peux te fouler un ongle d’orteil comme ça. En ce qui me concerne je suis capable de me niquer un nerf en m’asseyant en tailleur alors je ne me risquerai jamais à un tel danger. Mon médecin m’avait expliqué qu’il voyait ça de temps en temps chez les étudiants qui révisaient trop souvent assis en tailleur sur une surface molle. J’avais l’air studieuse alors j’étais ravie mais en vrai je regardais des tutoriels vernis à ongles sur youtube assise sur mon lit à la place de bosser pour mes partiels.

D’ailleurs quand on a pris notre premier appart avec SuperColoc elle était déjà persuadée de devoir m’emmener aux urgences au moins une dizaine de fois le premier mois. Elle avait essayé d’instaurer le port de moufles dans la cuisine pour éviter que je me tranche un doigt avec un presse-agrumes. Ce n’est peut-être pas un très bon exemple mais quand on sait que j’ai réussi à m’ouvrir le doigt avec une cuillère puis plus tard avec le morceau de carton qui sert à découper le cellophane on se dit que ses inquiétudes étaient peut-être justifiées. Mais comme cette personne est l’inverse même de la cohérence elle a trouvé judicieux d’acheter peu après un couteau à pain à double lames. Le truc qui coupe des DEUX côtés ! Tu ne peux pas mettre ça entre les mains d’une personne qui se brûle en collant son doigt dans le fond d’une casserole pour savoir si c’est chaud (ça fait pschiiit aïe ! quand c’est chaud normalement), je crois même que c’est puni par la loi, non ? Du coup j’ai mangé du pain de mie pendant toute notre colocation, ça résolvait le problème. Je ne suis même pas particulièrement maladroite pourtant, mon cerveau n’est juste pas fonctionnel à plein temps et mon instinct de survie est visiblement plus bas que chez les autres gens. Les normaux quoi, ceux qui ne se font pas de tendinite en courant en chaussures à talons (l’utilisation d’alcool n’a rien à voir dans cette situation) (si).

Finalement avec cette capacité très utile à se faire mal dans une pièce remplie de balles de coton (ceci n’est pas une situation vécue, je ne connais pas de tels endroits) il aurait pu m’arriver bien pire. Je veux dire par là que mes membres sont tous, encore aujourd’hui, totalement en état de marche et que je n’ai aucune séquelles de mes divers « accidents ». Bon à part mon bras gauche qui refuse de se plier correctement jusqu’au bout mais je ne suis pas tout à fait sûre que ce soit très important dans ma vie de tous les jours.

Un été, je me suis abîmé les tendons d’un genou sans savoir ni comment ni quand. Du coup j’ai passé plusieurs jours à marcher et courir comme d’habitude (pour préparer un spectacle de théâtre en déambulation la course, sinon c’est hors de question) et j’aurais peut-être pu y faire quelque chose avant si j’avais noté la couleur bleuâtre du genou et son côté enflé mais j’avais oublié de regarder. Je suis très peu préoccupée par ce genre de choses si terre-à-terre. Déjà à 10 ans bien qu’étant tombée dans les escaliers de mon école à 10h le matin et avoir été incapable de bouger mon bras de toute la journée je n’ai pensé à en avertir ma mère qu’au moment de dîner. Elle aurait préféré manger tranquillement plutôt que de m’emmener me faire plâtrer le bras mais que voulez-vous, personne ne l’a obligée à faire des enfants non plus. Pour tout te dire, le plus chiant avec un bras dans le plâtre, après se laver les cheveux évidemment (vas-y essaies avant de te moquer !) c’est de manger un yaourt (voir parenthèse précédente). Rigole si tu veux, mais un pot de yaourt que tu ne peux pas bloquer de tes petits doigts agiles, hé bien quand tu bouges la cuillère, il bouge aussi ! Par contre ne pas pouvoir écrire pendant presque deux mois à l’école ne m’a pas traumatisé plus que ça. (J’ai toujours été bonne élève)

Je me suis aussi fait une entorse un jour juste parce que j’avais des chaussures nulles. Oui, tu peux te faire des entorses en ne faisant rien de particulier. En tout cas moi je peux. Une fois que mon pied a arrêté d’être bleu-vert-jaune-violet-noir (miam) un poney a marché dessus. Mais du coup, cette fois-là, en toute logique, il ne s’est rien passé. C’est moi ou quand on est capable de parler de la fois où un poney nous a marché sur le pied sans considérer que ça rentre dans le cadre de trucs bizarres qui nous sont arrivés, on a une vie chelou ?

La vie est parfois un fleuve intranquille. pancake

(je vais juste poser ça là et le laisser ici, d’accord ?) (ou pas, c’est pareil) 

Bon, j’ai quand même fini une fois aux urgences, durant notre colocation (une seule !) après m’être étalée de tout mon long au milieu de la nuit sur un tabouret qui trônait fièrement au centre de la pièce. Ma nuque a violemment percuté le bord du tabouret et, si des gens peuvent mourir de ce genre de coups, moi j’avais mal au bras.Ne cherche pas d’explications, tu vas avoir mal à la tête. Je ne te raconte pas en détails la suite des événements parce que, même si ce n’est pas flagrant, je voudrais conserver un tout petit peu de dignité. Comme le lendemain je ne pouvais toujours pas bouger mon bras SuperColoc et ma sœur m’ont obligée à aller aux urgences. J’ai obtempéré en râlant parce qu’il fallait bien qu’on rentre et qu’étrangement ce n’était pas moi qui conduisais cette fois-ci. Mais j’avais juré que je n’avais rien de grave, rien, rien, rien et que ce n’était pas la peine. Au bout de trois heures d’attente à manger des bonbons vers luisants bicolores un médecin est venu me chercher et me coller dans une chaise roulante (quand on a mal au bras ça fait sens). J’ai rarement vue SuperColoc rire autant qu’en me voyant triste et abandonnée dans un couloir d’hôpital assise dans un fauteuil roulant en me tenant le bras. Cette fille n’est pas une bonne personne. Le médecin a donc fini par me dire que je m’étais probablement tapé un nerf ou un truc comme ça (oui ce sont ses mots, c’est rassurant non ?) En sortant de là j’étais triomphante, certes je n’ai pas pu bouger le bras pendant plusieurs jours et il s’est orné d’une très belle ecchymose mais au moins je n’avais rien de grave et j’avais donc raison ! (et j’aime avoir raison) (vivre avec moi, c’est dur).

 proud colocation

Et toi,tu t’es déjà foulé un cheveu en te regardant dans le miroir ? Tu portes des tongs quand il pleut ou bien tu portes une parka pour aller te baigner en été ? Fais-tu partie des gens qui utilisent réellement le mot parka ? Sais-tu accorder les adjectifs avec le mot gens ? (toi aussi amuse-toi avec le wikitionnaire) Tu connais un endroit remplie de balles de coton ? Raconte-moi tout, mais vraiment, tu peux me raconter tu sais !

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Airwolf59380 |
Mariage d'Annabelle et... |
Lapageasavoir |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Croquant
| Moaij
| Solmiac management